PATIO NANTES

Afin d’assurer l’intégration du projet à son environnement proche, ce dernier présente plusieurs séquences distinctes.

Les jonctions avec les maisons des parcelles voisines rue des Fromenteaux et route de Clisson sont réalisées par la mise en place de corps de bâtiments aux gabarits réduits (R+1 et R+2).

Entre ces deux éléments les plus éloignés, se développent 3 autres séquences distinctes. Les deux premières sur la route de Clisson et à l’angle des deux rues proposent un gabarit en R+3+attique autour d’une faille centrale. Outre le fait de créer une respiration sur la route de Clisson, cette faille permet d’offrir des vues sur le cœur d’ilot paysagé. La troisième séquence située sur la rue des Fromenteaux présente un gabarit plus réduit en R+2+attique et permet de créer une transition douce vers les constructions avoisinantes.

L’architecture du projet accompagne ce travail de séquences successives. Ainsi les bâtiments les plus bas situés de part et d’autre du projet sont traités de manières différentes des corps de bâtiments principaux.

Sur la route de Clisson, et à l’angle des deux rues, le projet présente trois strates horizontales distinctes. Un soubassement mis en valeur par un béton matricé constitue le socle du bâtiment. Les niveaux courants, recouverts d’un enduit blanc, sont creusés par de nombreuses loggias fermées partiellement sur la rue par un jeu aléatoire de poteaux blancs. Ce travail en creux permet de proposer des espaces extérieurs à tous les logements tout en assurant l’intimité des résidents. Enfin, le niveau d’attique, en retrait de la rue, marque le couronnement du bâtiment. Il est revêtu d’un bardage zinc.

Sur la rue des Fromenteaux, la réduction de gabarit est marquée par la suppression du socle. L’écriture architecturale développée est proche de celle de la route de Clisson mais un travail de variation sur les matériaux permet d’accompagner le travail sur la variation volumétrique. Ainsi les poteaux blancs de la route de Clisson deviennent des pare-vue bois sur la rue des Fromenteaux. L’attique suit cette différence de matérialité en proposant une façade bardée de bois à claire-voie.

En cœur d’îlot sur le jardin paysagé, l’architecture se développe autour de nombreuses loggias accrochées à de grands volumes blancs aux percements généreux. Le travail sur la géométrie des loggias et la couleur permet de donner un effet dynamique à l’ensemble.

Le cœur d’ilot est traité comme un parc privatif à usage collectif. A contre-pied des jardins classiques, l’idée est de créer un ensemble paysagé « naturel » dans lequel le cheminement est libre. Un ensemble de pas japonais accompagne les résidents depuis l’espace public vers le jardin privatif. Au sein de pelouses généreuses, 13 arbres de hautes tiges aux essences variés seront plantés de manière aléatoire.

Au total 17 arbres sont plantés, ce qui correspond à environ 1602 m² d’espaces libres.

Nature du projet

CONSTRUCTION DE 3 IMMEUBLES DE 61 LOGEMENTS COLLECTIFS

Surface de plancher

3 607 m²

Maitrise d'ouvrage

BOUYGUES IMMOBILIER

Maitrise d'oeuvre

BET STRUCTURES : OUEST STRUCTURES / BET FLUIDES : ENERCIA / OPC : QUATUOR

Année

NOVEMBRE 2019

Lieu

NANTES (44)

quis, libero Praesent vulputate, tristique mattis in Donec mi, non leo